Considérations pré et postopératoires

Considérations préopératoires 

Le chirurgien doit donner au patient des explications claires et précises sur les modalités qui entourent l'intervention et sur les principales techniques utilisées. Lors des différentes consultations, le patient est informé des modalités de l'intervention, de ses risques, conséquences et complications potentielles. Au cours des consultations, le projet de rhinoplastie s'élabore autour de photographies médicales préopératoires et un morphing (projet chirurgical informatisé) peut être réalisé à la demande du patient.

En cas d'obstruction nasale signalée par le patient, un examen endoscopique des fosses nasales est indispensable pour évaluer les anomalies architecturales présentes. Cet examen sera complété par une rhinomanométrie et/ou rhinométrie acoustique lors de la consultation. Un scanner des sinus et du massif facial sera réalisé afin de définir au mieux les mécanismes de l'obstruction nasale, de rechercher une pathologie sinusienne et de déterminer alors le geste chirurgical le plus approprié. Un certain nombre de documents administratifs sont remis au patient. Une fiche d'information écrite explique le déroulement de l'intervention avec les principales techniques et les suites opératoires. Dans le même temps, le chirurgien remet au patient un consentement éclairé. Le cadre de la prise en charge de la rhinoplastie est très précis dans la nomenclature.

Critères de remboursement par la Sécurité Sociale

Une prise en charge partielle par l'assurance maladie est envisageable après une procédure d'entente préalable si la rhinoplastie est liée à des troubles fonctionnels ou des malformations : « séquelles de fente labio-alvéolaire et autre malformation nasale, problèmes de ventilation liée à la valve nasale, séquelles de traumatisme nasal (ensellure, déviation) ». En cas de prise en charge par la Sécurité sociale, un arrêt de travail d'une semaine sera délivré au patient lors de sa sortie.

Dans le cas contraire, il s'agit d'une intervention de chirurgie purement esthétique qui n'est pas prise en charge par la Sécurité sociale. L'ensemble des frais est à votre charge et aucun arrêt de travail ne peut être prescrit. En cas de rhinoplastie esthétique, en application de l'article L.6322-2, un délai minimum de quinze jours doit être respecté (décret n° 2005-1366 du 2 novembre 2005), après la remise du devis détaillé, daté et signé par le ou les praticiens mentionnés aux 1°, 2° et 4° de l'article D.6322-43 devant effectuer l'intervention de chirurgie esthétique. Il ne peut en aucun cas déroger à ce délai, même sur la demande de la personne concernée. Le chirurgien qui rencontre la personne concernée, pratique lui-même l'intervention chirurgicale, ou l'informe au cours de cette rencontre qu'il n'effectuera pas lui-même tout ou une partie de cette intervention. Cette information est mentionnée sur le devis.

Dès lors que la présence d'un anesthésiste est envisagée lors de l'intervention, une consultation d'anesthésie est obligatoire et doit avoir lieu au minimum 48 heures avant la date opératoire. Cette consultation doit permettre de compléter l'examen clinique général, d'analyser les antécédents et les éventuelles pathologies associées qui pourraient contre-indiquer l'intervention. Un bilan préopératoire sera prescrit à la demande du médecin.

Dans la plupart des rhinoplasties et autres chirurgies du nez,  il est possible d'autoriser le retour à domicile le jour de l'intervention. Durant l’hospitalisation, les antalgiques continuent d’être prescrits et adaptés à la demande du patient; la rhinoplastie en particulier, mais la plupart des chirurgies du nez restent cependant une chirurgie peu douloureuse. Pour cette chirurgie ambulatoire, Il est obligatoire d'être accompagné lors du départ de la clinique.

Considérations postopératoires

En fin d’intervention, une attelle métallique, parfois un plâtre en résine, est positionnée sur le nez afin de le protéger, de maintenir en position les structures osseuses après ostéotomies mais aussi de réduire l’oedème postopératoire. Lorsqu’un geste a été réalisé sur la cloison nasale, des attelles en silastic, d’épaisseur millimétrique, sont fixées au septum pour une durée d’une semaine et sont retirées en même temps que l’attelle métallique. Des antalgiques sont prescrits dans la perfusion et peuvent être adaptés à la demande. Le passage en salle de réveil permet à l’anesthésiste de contrôler le parfait réveil du patient avant de le faire remonter dans sa chambre. Des mèches sont placées dans le nez afin d'éviter un saignement. Ces mèches seront retirées avant la sortie de la clinique, donc le jour même. Une ordonnance de sortie est remise au patient et associe un traitement médical local (lavage des fosses nasales) et général avec parfois des antibiotiques. Une fiche de recommandation postopératoire est également remise au patient.

Les suites opératoires d'une rhinoplastie varient d'un patient à l'autre :

  • Les ecchymoses (bleus) dans la région du nez et des paupières sont habituelles, plus ou moins importantes, et vont persister plusieurs jours sans dépasser une semaine. En général, le nez est très présentable vers les 10e et 12e jours.
  • L'œdème (gonflement) du nez, quant à lui, peut persister pendant plusieurs semaines à plusieurs mois, en particulier au niveau de la pointe du nez, et ce d'autant plus lorsqu'une voie externe a été réalisée.
  • Un larmoiement lié à l'irritation des voies lacrymales est possible et sera passager.
  • Les douleurs sont rares et à la demande, des antalgiques mineurs seront prescrits.
  • Un trouble de la sensibilité des dents de la mâchoire supérieure est possible, mais temporaire.
  • Des troubles de la sensibilité au niveau du nez sont fréquents et peuvent persister pendant quelques semaines à plusieurs mois.

Il est recommandé au patient d'éviter tout sport de contact pendant au moins deux mois. Il est également vivement conseillé d'éviter de fumer. En cas d'exposition solaire, il est important de protéger son nez et les éventuelles cicatrices avec un écran total. Le port des lunettes est déconseillé les premiers mois mais lorsqu'il est nécessaire, il est recommandé d'utiliser des montures dont les points d'appui pourront être adaptés avec un opticien.

Comme pour toute intervention de chirurgie, la garantie d'un résultat parfait ne peut jamais être donnée et le résultat s'apprécie progressivement. Au décours de l'intervention, le patient est particulièrement observateur du nouveau nez, et y décèlera des défauts parfois extrêmement discrets qu'il aurait certainement ignorés auparavant. Le résultat fonctionnel peut être évalué à 3 mois, mais reste évolutif. Le résultat esthétique définitif de la rhinoplastie s'évalue généralement entre six mois et un an. Des consultations de contrôle sont réalisées de façon systématique à 3 mois, 6 mois et 12 mois afin de suivre la cicatrisation.

Après quelques mois

Même lorsqu'il est très amélioré, le nez peut parfois présenter des défauts discrets. En effet, chaque personne cicatrise différemment et ceci a une importance toute particulière dans la chirurgie du nez où la couverture cutanée doit s'adapter à la charpente osseuse et cartilagineuse que l'on vient de modifier. Les détails de la rhinoplastie ne s'apprécieront pas de la même façon selon que la peau est épaisse ou non, selon que le patient a déjà subi une ou plusieurs rhinoplasties. Une éventuelle retouche chirurgicale ou médicale est parfois nécessaire mais ne peut être raisonnablement être envisagée avant plusieurs mois.