Rhinoplastie, la chirurgie esthétique du nez

"Le beau est ce qui plaît universellement sans concept." Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger (1790)

Le terme de rhinoplastie esthétique désigne une intervention dont l'objectif est d'apporter une correction aux déformations apparentes du nez pour obtenir un résultat naturel qui conserve l'harmonie du visage. Afin d'obtenir un tel résultat, le nez doit conserver l'harmonie naturelle de ses composants artistiques et l'équilibre de ses structures anatomiques. Sur le plan artistique et lorsque l'on parle d'anatomie esthétique, l'harmonie des volumes doit être conservée entre l'arête nasale, le lobule du nez et la base du nez. Sur le plan anatomique, doivent être conservés ou restaurés, les caractères structuraux de la voûte ostéocartilagineuse du nez fixe, de l'arche cartilagineuse du nez mobile et de leurs rapports réciproques.

Les débuts de la rhinoplastie avec Jack Sheen

Les critères esthétiques évoluent selon les époques et il n'apparaît plus raisonnable aujourd'hui de proposer une uniformité esthétique basée sur des critères ethniques ou personnels. L'appréciation esthétique du nez ne peut s'envisager uniquement à partir de mesures et d'angles de construction. Les années 50 étaient celles du nez dit « linéaire », le plus petit possible et évalué sur le seul profil, le résultat stéréotypé était une véritable signature pour son chirurgien. Au projet chirurgical essentiellement basé sur le profil, Jack Sheen, considéré comme le précurseur du « nez moderne », a introduit dans les années 80 le principe d'harmonie des volumes dans la rhinoplastie esthétique. Ce concept repose sur la continuité des lignes et des reflets lumineux, de face comme de profil, sans interruption brusque. Pour tous est alors apparue la nécessité d'adapter les corrections chirurgicales aux déformations observées. Aujourd'hui, la première qualité d'un nez opéré est sa parfaite intégration dans le visage. Une rhinoplastie, pour être naturelle, doit être une intervention qui ne se remarque pas. De cette approche, trois unités représentent des entités à la fois chirurgicales et esthétiques : le dorsum avec ses deux extrémités (angle nasofrontal et zone sus-lobulaire), le lobule du nez constitué de l'arche des alaires et la base du nez, située à la zone de jonction du nez mobile avec le plan facial formé médialement par l'angle nasolabial et latéralement par les ailes narinaires.

La profiloplastie ou l'harmonisation du visage

La prise en charge complète de la rhinoplastie, également appelée profiloplastie, permet de rétablir une harmonie dans les proportions du visage lorsque ces dernières ne sont pas respectées. Cette chirurgie du nez est divisée en trois étages : l'équilibre et l'harmonie du visage répondent à un ensemble de mesures et d'angles ; la correction d'une rétrusion du menton par manque de projection (communément appelé menton fuyant) se corrige par une génioplastie modelante en l'absence d'anomalie de l'articulé dentaire. Lorsque l'occlusion n'est pas « normale » ou lorsqu'il existe un déséquilibre facial, la chirurgie maxillaire et/ou mandibulaire, précédée d'un traitement orthodontique doit précéder la rhinoplastie qui devra alors être adaptée aux nouvelles bases osseuses. Un autre exemple de profiloplastie est la lipostructure de la région malaire, la rhinoplastie s'apparente alors à un rajeunissement du nez et des poches malaires lorsqu'il existe une involution du tissu graisseux facial. Un dernier exemple est le lifting de la lèvre supérieure qui en raccourcissant la hauteur de la lèvre supérieure améliore les rapports entre la columelle et le tiers inférieur du visage.

La simulation 3D: un outil indispensable pour le chirurgien

Des logiciels de visualisation tridimensionnelle permettent aujourd'hui de proposer au patient des simulations de chirurgie esthétique extrêmement réalistes. Cet outil de photographie numérique 3D permet de visualiser avec précision toutes les modifications réalisées lors d'une chirurgie esthétique du nez. L'utilisation de six appareils photographiques simultanément assurent une capture haute résolution de 36 millions de pixels pour un rendu photoréaliste des moindres détails.

Vectra 3D Face sculptor : Rhinoplastie 3D

"Simulation 3D d'une rhinoplastie avec le système Vectra 3D Face Sculptor"

Cela permet une meilleure compréhension entre patient et chirurgien. L'imagerie 3D autorise un morphing tridimensionnel sur les détails de l'anatomie du visage, et notamment le nez, avec la possibilité d'une comparaison avant/après. En tout état de cause, la simulation 3D ne constitue pas une garantie quant au résultat définitif. Il n'existe aucun logiciel qui peut apprécier la cicatrisation au décours d'une chirurgie.

Le nez sous la lumière, un révélateur photogénique

La photogénie est une propriété émouvante de l’image. Dire d’un visage qu’il est photogénique est sa qualité esthétique amplifiée par la photographie ou le cinéma. Nombreux sont les acteurs qui se sont retrouvés photogéniques devant l’objectif après une chirurgie esthétique du nez. Le nez est une structure tridimensionnelle complexe dont la perception des différents volume dépend essentiellement de la réflexion lumineuse. Selon la zone anatomique et l’angle d’incidence de la lumière sur la peau, l’indice de réfraction varie. Sept sous-unités sont habituellement distinguées. La lumière se réfléchit de façon homogène sur les zones où la peau est fine (dorsum, parois latérales et columelle) et se réfléchit de façon hétérogène (à l’origine d’irrégularités) sur les zones où la peau est épaisse (pointe et ailes narinaires). L’angle d’incidence de la lumière dépend de l’inclinaison des différentes structures adjacentes et bien sûr de la source lumineuse. Pour cette raison et afin de permettre une analyse précise des déformations du nez, les photographies réalisées au cours de la consultation doivent être reproductibles pour un même patient au cours des différentes consultations pré et postopératoires mais aussi reproductibles d’un patient à l’autre.