Rhinoseptoplastie, une chirurgie du nez esthétique et fonctionnelle

Toute acte chirurgical - la rhinoseptoplastie n’y déroge pas - suppose une stratégie décisionnelle susceptible de s’adapter à chaque cas particulier. La chirurgie ne répond pas à une attitude dogmatique. Bien au contraire.  Dans la grande majorité des cas, quelle que soit la motivation initiale du patient, esthétique et/ou fonctionnelle, toute modification de la pyramide nasale peut retentir sur la fonction ventilatoire et de nombreuses corrections fonctionnelles imposent une modification d’aspect de cette même pyramide. La chirurgie nasale doit donc être à la fois esthétique et fonctionnelle, correctrice et restauratrice. Le rhinoplasticien doit restaurer la logique fonctionnelle des formes anatomiques imposée par la physiologie nasale: la rectitude du septum nasal, la rectitude du dorsum, l’harmonisation de la base et de la pointe du nez et la préservation de l'intégrité  septo-triangulaire et des valves nasales (interne et externe).

Préservation de l'intégrité septo-triangulaire

Le cartilage septal, encastré dans un cadre osseux constitué de la lame perpendiculaire de l’ethmoïde et du vomer, présente un bord supérieur en “T” qui s’articule avec les cartilages triangulaires. La zone de jonction constitue la voûte septo-triangulaire. A la partie inférieure de la voûte, le bord supérieur du septum n’est séparé de la peau que par des tissus mous, encore appelé triangle faible de Converse. Ce tissu graisseux sous cutané dans la région sus lobulaire ne doit pas être réséqué de façon excessive afin de prévenir les réactions cicatricielles disgracieuses.

Lorsqu’une section de bosse est réalisée, il est important de restaurer l’intégrité septo-triangulaire. A des os propres du nez courts correspondent souvent des cartilages triangulaires longs qui ont tendance à s’affaisser après section. La mise en place de spreader grafts suturés entre cartilages triangulaires et septum rétablissent l’intégrité du dièdre cartilagineux et préviennent l’apparition d’un collapsus de la valve nasale interne. 

 Rhinoseptoplastie avec mise en place de spreader graft “Rhinoseptoplastie avec mise en place de spreader graft"

De l'harmonisation de la pointe du nez à la valve nasale

Dès que la pyramide nasale et/ou le cartilage septal ont subi une modification de projection, le lobule du nez et la base doivent être harmonisés afin de finaliser la rhinoseptoplastie. Les différentes techniques de correction du lobule utilisent des sutures et/ou des greffes cartilagineuses. La résection du bord céphalique de la crus lateral, lorsqu’elle est trop importante est responsable du classique “nez pincé”. Les conséquences ne sont pas seulement esthétiques. Une résection excessive entraine une altération de la valve nasale, avec pour conséquence un trouble de la ventilation lors de l’inspiration. Cet exemple illustre les interrelations entre la fonction et l’esthétique.

Quoiqu’il en soit, afin de respecter ou restaurer l’architecture de la valve nasale, le bord supérieur corrigé du cartilage alaire doit toujours être soutenu par le bord inférieur du cartilage triangulaire. Un dernier point, pour l’obtention d’une projection agréable de la pointe, est le maintien du bord caudal du septum dans une loge columellaire préalablement préparée. D’où l’importance d’une restauration du bord caudal du septum lors d’un certain nombre de rhinoseptoplasties secondaires où les déformations ne sont pas seulement esthétiques mais également fonctionnelles.